Annulé !
    OPÉRA ORCHESTRE NATIONAL MONTPELLIER OCCITANIE présente

    LÉGENDES

    Jeudi 5 décembre 2019 - 20:30

    Durée : 1h30 avec entracte

    Un concert dirigé par Magnus Fryklund, chef assistant de l’OONMO.
    Magnus Fryklund, direction
    Chloé Dufossez, flûte
    Orchestre national Montpellier Occitanie

    Anton Dvořák (1841 – 1904)
    Légende n° 1 de l’opus 59

    Wolfgang Amadeus Mozart (1756 – 1791)
    Concerto n°1 en Sol Majeur K.313 pour flûte et orchestre

    Ludwig van Beethoven (1771 – 1827)
    Symphonie n° 8 en fa majeur opus 93

     

     

    Tarifs
      Orchestre
    1er Balcon
    2ème Balcon 3ème Balcon
    Général 30€ 20€ 12€
    Réduit 26€ 18€  
    Privilège 20€    
    Jeunes 10€

    Frais de location inclus

    Spectacle annulé !
    Dans le cadre du mouvement de grève prévu à cette même date, certains agents municipaux ont prévenu l’administration qu’ils n’assureront pas leur service cejour-là.
    Afin d’assurer à la fois la sécurité des spectateurs, la qualité des spectacles et le respect du droit de grève, c’est avec regret que la Direction du théâtre Jean-Alary se voit dans l’obligatation d’annuler cette représentation.
    Le PAC BILLETTERIE invite ses clients à se rapprocher de leur point de vente habituel pour obtenir le remboursement de leurs billets.
    Renseignements :
    par téléphone : 04.68.115.915
    par mail : infopacbilletterie@mairie-carcassonne.fr

    L’œuvre originale qui débute le concert est issue des « Légendes », cycle de 10 poèmes symphoniques miniatures aux rythmes de Bohême, composé en 1881 pour piano à quatre mains par Antonín Dvořák et plus connu dans la version orchestrale qu’il en fit l'année suivante. Ces Légendes sont des pièces charmantes qui dégagent un agréable sentiment de bonheur
    Le Concerto en Sol majeur pour flûte qui suit fut composé entre le 25 décembre 1777 et le 14 février 1778. Mozart, alors âgé de 22 ans dresse ici un véritable catalogue de la technique de la flûte et de ses possibilités expressives. Qui peut croire en l’aversion de Mozart pour cet instrument, tant l’œuvre est inspirée, inventive ! Alfred Einstein a comparé le finale à une «source jaillissante de bonne humeur et de fraîche invention».

    En deuxième partie, retour vers le classicisme olympien de la 8e Symphonie où Beethoven s’encanaille en remplaçant le mouvement lent par un pétillant et comique allegretto scherzando.
    Un concert dirigé par Magnus Fryklund, chef assistant de l’OONMO.